Publié le 27 Septembre 2017

Après quelques mois d’hésitations et l’avis de certaines d’entre vous, j’ai choisi de quitter cette plateforme qui devenait bien trop intrusive en pub, pour une nouvelle.  Je ferai le transfert des chroniques petit à petit. Ce blog reste bien sûr ouvert mais ne sera plus alimenté. Merci à tous ceux qui m'ont suivi jusqu'ici, j'espère que vous serez aussi nombreux sur le nouveau site. D'ailleurs, c'est par ici: Jane Austen and her world 

Voir les commentaires

Rédigé par Jane Austen and her world

Publié le 17 Avril 2017

Pride and prejudice MarvelNancy Butler

Pride & Prejudice

Marvel a bel et bien repris les romans de Jane Austen en comics. Nancy Butler qui a entrepris cette aventure souhaitait que les petites filles aient aussi des comics à lire. Son choix s’est alors porté sur Jane Austen qu’elle admire.

La couverture est digne d’un magazine mais lorsque l’on tourne la première page, on est face à un comics tout simplement. Il y a tout d’abord une introduction de l’auteure. Ces quelques pages sont raffinées, les couleurs attrayantes. Puis on entre dans l’histoire de Jane Austen et c’est la catastrophe.

Les dessins ne sont pas du tout à mon goût. Les personnages sont fades et pour moi, mal dessinés. Jane est passable, Lizzie est carrément vilaine. Mrs Bennet ressemble à une truie dans la première page. Les couleurs sont beaucoup trop sombres pour une histoire de Jane Austen. Pride & Prejudice mérite plus de gaité !

En ce concerne les expressions des visages, je trouve également que c’est raté. Même si parfois le personnage est un peu loin, on devrait deviner de la tristesse ou de la joie, mais ce n'est pas toujours le cas et ça porte à confusion. Comme lorsque Lizzie apprend que Bingley a fait sa demande. Elle semble contrariée face à Jane, alors qu'elle est censée sauter de joie pour sa soeur. Mr Collins, de son côté, ne semble pas être si pédant et idiot que dans l'original. Ce personnage n'a pas été assez travaillé.

A propos de l’histoire, tout n'a pu être repris. Le comics est assez court. Les éléments principaux sont repris mais certains dialogues m'ont dérangé et ne m'ont pas semblé à leur place.

Cependant, malgré tous ces défauts, je referme ce livre avec un soupir car j'ai aimé voir des scènes et des personnages jouer devant mes yeux. Ce n'est pas mon type de lecture mais c'est intéressant de changer. Je regrette les couleurs et le dessin mais je reconnais le travail qu'il y a eu : trouver les passages importants, les dialogues, mettre tout en scène, ce ne doit pas être évident. Seulement, ce travail a été bâclé selon moi. Et notamment envers les couleurs qui auraient dû apporter plus de clarté. L'ensemble de l'histoire de Jane Austen respire l'humour, la vie humaine et c'est bien trop triste avec des tons si sombres.

Orgueil et Préjugés, Marvel a été divisé en 5 parties mais il est presque impossible de les trouver de nos jours. Cependant la version numérique est disponible à un prix accessible.

Voir les commentaires

Rédigé par Jane Austen and her world

Publié dans #Orgueil et Préjugés, #Marvel

Publié le 29 Mars 2017

Après avoir lu sans grand enthousiasme le roman, j’ai souhaité découvrir l’adaptation pour me faire une idée et peut-être changer d'avis sur ce mélange Jane Austen/zombies. Je ne suis pas adepte de l'univers des zombies. Ces êtres ensanglantés à la chaire pourrissante qui poussent des cris horribles. C'est l'idée que je me fais de ces choses et ça me répugne. J'ai donc pris sur moi et mis mes états d'âme de côté pour regarder ce film (en compagnie!) et vous donner mon avis. 

Le scénario se résume très simplement : prenez la famille Bennet, l’arrivée de deux gentlemen dénommés Bingley et Darcy et ajoutez-y des zombies. C’est un mélange tout à fait improbable qu’on se le dise mais qui aurait pu tenir la route. Du roman, je n’en ai rien retenu et ne peut donc pas comparer au film. Le film débute sur l’histoire d’Angleterre qui est envahie par une horde de zombies. Ils expliquent la façon dont cette espèce est arrivée sur leur sol et leurs moyens d’y faire face. Cette introduction est tout simplement intitulée : The history of England (clin d'oeil à Jane Austen et ses juvénilia). 

On rencontre la belle Jane, l’insipide Mary, l’extravertie Lydia, l’exubérante Mrs Bennet et les traits de caractères de chacun respectent ceux donnés par Jane Austen. Cependant ça ne colle pas ! Oui, l’époque colle à celle d’Orgueil et Préjugés et donc les convenances restent de mise. Et bien entendu avec une horde de zombie à leur porte, elles se doivent d’apprendre à se défendre mais ça ne colle pas encore une fois ! Comment des filles de bonne famille peuvent-elles se battre avec des armes et abattre des personnes? Certes l'intérêt est de protéger le pays mais il serait plus naturel que les jeunes dames restent chez elles et laissent leur mari s'en occuper. Le pire dans l'adaptation est qu'ils rendent ça sexy!

Quant au rythme et au style, c’est complètement décousu. On passe d'une petite bagarre avec un zombi hideux au visage en décomposition à un discours pompeux de Bingley lorsqu'il rencontre Jane Benett : "Je n’ai jamais vu une aussi belle créature [...]". Je m’explique : il y a une superposition des passages zombies avec les attaques, le sang et la tuerie aux très jolis dialogues écrits par Jane Austen (non pas que les personnages les sortent au mot à mot cependant le ton formel est bien trop… formel et ne correspond pas à ce monde sanglant et guerrier). Il n’y a pas de réelle suite logique.

Parlons du jeu des acteurs. Les acteurs principaux sont des stars montantes. Lily James est une actrice que j’aime beaucoup et je la trouve assez bonne dans son rôle même s'il n'est pas très crédible. Sam Riley (Darcy) est bien trop exubérant pour être seulement fier. On le croirait idiot. Catherine de Bourg, la plus grande guerrière d'Angleterre ? Laissez-moi rire. Ça colle avec son caractère mais c'est plutôt sa belle armée qui se charge de tout le boulot. Par contre, je tire mon chapeau à Matt Smith dans le rôle de Mr Collins qui est à mourir de rire. Il est certes pompeux, niais et abruti mais dans cette adaptation, il est le seul personnage qui remonte un peu la valeur de ce film, tellement son attitude est désinvolte et absurde.

J’ai ri au début de l’incrédulité des scènes pour me lasser ensuite. J’ai regardé sans trop chercher à comprendre et pour finir, j’ai fini atterrée. La fin est tout bonnement idiote et inconvenante. Disons que le début et la toute fin ressemblerait à une parodie mais pas le reste. J'ai peut-être raté quelque chose. L'humour n'était peut-être pas à ma portée. Alors à vous me dire ce que vous en avez pensé car je reste perplexe.  

Voir les commentaires

Rédigé par Jane Austen and her world

Publié dans #Les films et séries

Publié le 24 Mars 2017

 

Lhattie Haniel

Le mystérieux secret de Jane Austen, nouvelle version

Ce roman est basé sur la vie de Jane Austen. L’histoire est écrite dans un style autobiographique et débute sur ces tous premiers jours puis années après années en se consacrant aux évènements les plus marquants et notamment au sujet de sa cousine Eliza Hancock,qui est beaucoup citée.

Dans cette première partie, nombre des écrits des Juvenilia de Jane Austen sont mentionnés et même quelques passages cités. Je trouve intéressant que l’auteur ait choisi de mettre en avant les écrits de jeunesse. Ils peuvent donner envie de les lire entièrement. Cependant, c’est trop répétitif. Telle année, tel texte, l’année suivante, à nouveau un texte. Une fois, deux fois, c’est bien mais j’ai trouvé que c’était un peu trop. Qu’ils soient évoqués est une bonne chose mais un passage cité à chaque fois est un peu lourd.

Ensuite nous passons aux moments où Jane Austen rencontre Thomas Lefroy. J’aime cette période de la vie de Jane car j’aime à penser qu’elle a peut-être trouvé l’âme sœur en Tom ; qu’elle a éprouvé de vrais sentiments amoureux et non seulement à travers ses romans. Cependant nous n’en savons que trop peu. Il existe l’essai de Nadia Radovici qui tente de montrer que la relation entre Jane et Tom était plus profonde que ce l’on peut supposer. La biographie de Jon Spence met aussi en avant cette relation ainsi que dans le film Becoming Jane.

D’ailleurs il y a trop de similitudes entre le film et le roman. Je trouve ça dommage. Ces éléments viennent tout droit de l’imagination, donc il était possible d’en inventer plein d’autres. Certes tout n’est pas du copier coller mais pendant ma lecture, je voyais parfaitement James McAvoy aka Tom Lefroy faire des œillades à  Anne Hathaway.

La seconde partie du livre est le mystérieux secret de Jane Austen. Ce passage est moins attirant que la première partie. J’ai eu quelques difficultés à accrocher et je ne saurai exprimer mon ressenti. L’idée est intéressante mais trop saugrenue et peut-être pas assez développée.

Cette nouvelle version est meilleure que la première, plus fluide, plus finie. La première partie du roman est celle que j’ai préféré même si Jane semble un peu trop fleur bleue à mon goût, mais qui sait ? On peut tout inventer puisque nous n’en saurons jamais rien. Le plus de cette histoire est que Lhattie Haniel envisage une explication au retournement de situation suite à la demande de Harris Bigg Wither. Même si les éléments de cette supposition sont bien évidemment invraisemblables, une partie est peut-être véridique et c’est ce qui en fait une histoire qui fait rêver.

Voir les commentaires

Rédigé par Jane Austen and her world

Publié le 16 Mars 2017

Jane Austen et l'arlequinStéphanie Barron

Jane Austen et l’arlequin

Suite des aventures de Jane Austen dans la série de Stéphanie Barron. L’épisode se déroule à Bath en 1804. On y rencontre Eliza et son mari Henry, frère de Jane Austen ainsi que Mme Lefroy, tante de Tom Lefroy. Nous retrouvons également, Lord Harold dont la nièce, Lady Desdemona a refusé la main d’un Lord Swithin.

Lors d'un bal costumé où se trouve Jane (qui a mission d’assurer la protection de Lady Desdemona à la demande de Lord Harold), un meurtre est commis. Mr Portal était le directeur de la troupe de théâtre qui joue sur les planches à Bath. Lord Harold décide finalement de se déplacer afin de découvrir l’assassin et surtout éviter la prison à son neveu qui est le principal suspect.

Oui c’est un peu compliqué car il y a beaucoup de personnages et le début de l’histoire nous laisse un peu confus. De nouveaux personnages apparaissent mais d’anciens reviennent, comme Lord Harold. Malgré tout, ce méli-mélo est intéressant et bien développé car nous suivons l’enquête pas à pas et le mystère autour du meurtrier reste entier jusqu’au dernier chapitre.

Concernant la vie de Jane Austen: les faits concernant Mme Lefroy sont exacts, si ce n’est le mystère qui entoure sa chute à cheval. Henry Austen est désormais banquier et l’auteur y fait référence par l’intermédiaire de Mrs Austen qui souhaite que son fils fasse des affaires grâce à Lord Harold. Ensuite vis-à-vis de Cassandra, je trouve qu'elles sont un peu distantes l'une de l'autre. Il est vrai que dans la correspondance de Jane Austen, il semblerait qu’il y ait eu une certaine animosité entre les sœurs après leur séjour à Bath, mais nous ne savons pas si celle-ci est bien réelle et quel aurait été le sujet de leur discorde.

Comme toujours, certains éléments sont bien réels, d’autres ne le sont pas. Il est d’ailleurs difficile de s’y retrouver. Il suffit de bien prendre en considération que ce n’est que de la fiction avec des soupçons de vérité et préférer une biographie si l’on souhaite en savoir plus sur Jane Austen.

Voir les commentaires

Rédigé par Jane Austen and her world