Publié le 5 Janvier 2017

Val McDermid

Northanger Abbey

Les éditions Harper Collins ont lancé le « Austen Project », en proposant à des auteurs contemporains de réécrire les six romans de Jane Austen avec une touche de modernité. Val McDermic a été choisie pour Northanger Abbey.

Il s'agit bien d’une réécriture moderne puisque les faits se déroulent au XXIème siècle. Catherine Morland, surnommée Cat, aime se promener et adore lire. Son genre de prédilection : les livres d'épouvante avec entre autres, des vampires et zombies… Lorsque ses voisins lui proposent de partir un mois à Edimbourg où a lieu un festival du livre, elle fait la rencontre des Thorpe et devient la meilleure amie de Bella. Puis Cat tombe sous le charme d’un certain Henry Tilney.

Jusque là c’est une histoire tout à fait banale qui se laisse lire. Sauf que vers la moitié du livre, tout se dégrade. Là où Jane Austen nous montre son talent en parodiant le style gothique, Val Mcdermid foire complètement l'histoire en tentant de mettre à jour l’intrigue. Cat prend tellement à coeur ces histoires préférées que chaque détail peu ordinaire devient des indices qui pourraient réléver la vraie nature de la famille Tilney. Son imagination va bien trop loin. Elle semble si niaise dans ces pensées que ça dépasse l'entendement. L'auteur n'a pas su allier, selon moi, la parodie à l'histoire de Cat.

Et la fin est tout bonnement ridicule. Je n’ai pas passé un très bon moment avec ce livre mais lorsque j'ai lu les dernières pages, ça a été pire que tout. La chute est insensée et incompréhensible. Du grand n'importe quoi.

A celà s'ajoute des références à Jane Austen pas toujours glorieuses, des références à Twilight (que j’apprécie pourtant) ou encore à Orgueil et Préjugés et zombies. Autre point négatif les textos. Ils sont presque illisibles. Je veux bien que les sms ne soient pas toujours parfaitement orthographiés mais pour des personnes lisant régulièrement et à une époque où les forfaits sont illimités, je ne comprends pas l’intérêt d’avoir joué cette carte là.

Pour tenter de trouver des points positifs: la trame du roman suit parfaitement celle de Jane Austen. Ce sont les mêmes péripéties qui surviennent au même moment. L'auteur a su reprendre tous les éléments. Seulement, ce n’était sûrement pas le but recherché. Tout a été transposé à notre siècle sauf que ça ne fonctionne pas... Les caractères des personnages aussi sont bien repris. Cat est peut-être écervelée mais elle a bon coeur, John Thorpe est fier au possible, Bella est bel et bien égoïste... Malheureusement ça ne suffit pas à relever le niveau de l'histoire...

Le projet Austen ne me semble pas prometteur. A suivre, mon avis sur Raison et Sentiments de Joanna Trollope. 

Voir les commentaires

Rédigé par Jane Austen and her world

Publié dans #Northanger Abbey

Publié le 21 Décembre 2016

Poe Tse

Orgueil et Préjugés version manga

Après nombre réécritures et adaptations des romans de Jane Austen, le nouvel arrivé sur le marché est Orgueil et Préjugés revisité en manga et traduit par les éditions Soleil Manga

Tout d’abord la couverture est magnifique. Les couleurs, le style, tout est attrayant! A propos des personnages, Darcy n'est pas très attirant mais il arbore son air arrogant bien connu. Elizabeth est quant à elle trop souriante et semble bien naïve. Pour les autres personnages je les trouve bien fait. Ce sont des caricatures qui représentent bien les traits de caractère qu’on leur connaît. Lydia est parfaitement espiègle et sotte, Mary fait très dévote, Mr Collins est cependant un peu bizarre avec ses lunettes. Les décors sont somptueux, les toilettes très bien faites, les détails sont intéressants. 

Concernant l'histoire, je suis un peu plus déçue. Dès les premières pages c'est un peu mièvre et je trouve ça dommage car ça donne peu de crédibilité à l'histoire et à ses personnages. Elizabeth prononce cette phrase dès le début "Jane adore les roses blanches, elles sont aussi belles et pures qu'elle...". C'est bien joli mais ça ne rend pas justice à Elizabeth. J'ai été aussi déçue par Darcy qui est malpoli envers les autres personnes de l'assemblée lors du premier bal. Darcy est peu amène et sociable mais il n'est certainement pas malpoli. Passé ces premiers chapitres, l'ambiance d'Orgueil et Préjugés et la vraie essence des personnages reparaissent et c'est bien plus agréable. J'ai pu alors poursuivre avec plus d'intérêts. 

L'histoire est attirante, les réactions des personnages donnent envie de connaitre le fin mot. Sauf que j'ai trouvé que les évènements étaient bien trop vite expédiés. L'essentiel de l'histoire originale est bien présent et ça n'enlève rien à la compréhension mais quand on connaît l'histoire, on regrette ce brusque enchaînement. Malgré tout, la morale évidente des préjugés est bien transcrite.

Ce manga est le tout premier que je lis et il est difficile de s'y faire au début. J’ai prêté beaucoup d’attention aux dessins et moins à l’histoire. C'est très perturbant car dans un roman l’image se forme dans notre tête et la lecture est plus fluide. Je m’y suis faite cependant vers la moitié du manga, je prenais moins de temps à étudier les détails et me concentrais surtout sur les expressions des personnages.  Grâce aux dessins, on s'attache d'ailleurs très vite à eux. Ce fut une expérience enrichissante et agréable malgré certains défauts. Ce peut être un bon moyen de faire découvrir aux plus jeunes le talent de Jane Austen.

Voir les commentaires

Rédigé par Jane Austen and her world

Publié dans #Orgueil et Préjugés

Publié le 9 Décembre 2016

Stephanie Barron

Jane Austen et le révérend

Après Jane Austen à Scargrave Manor, voici le second titre de la série de Stephanie Barron. Jane Austen se rend à Lyme avec ses parents et sa soeur en 1804. Après le renversement de leur malle-poste qui les oblige à s'arrêter chez un jeune homme assez froid et singulier, ils atteignent la ville où Jane Austen espère en profiter pour se promener et écrire. Seulement la nouvelle de la pendaison d'un homme hante la population. 

Stephanie Barron fait beaucoup plus référence dans ce livre à des évènements et personnes réels de la vie de Jane Austen: ses parents et sa soeur sont totalement intégrés à l'histoire; Tom Fowl, le fiancé de Cassandra est évoqué  ainsi que le fait que Jane Austen est en train d'écrire le roman inachevé Les Watson. Grâce aux notes de bas de page, on apprend si la mention des lettres de Jane sont vraies ou non: s'il est précisé la date, c'est une lettre bel et bien écrite par Jane Austen, par contre, s'il s'agit d'une lettre certainement perdue, on sait à quoi s'attendre. 

En commençant cette série, on sait que tout ne sera pas vrai. Je cherche peut-être la petite bête mais certains points m'ont chagriné. Jane Austen aurait les cheveux jusqu'au dessous des genoux? Jane Austen adorait-elle la mode au point de se détourner déçue d'une jolie mousseline? Certes, on n'en sait rien.. Par contre, l'ironie dans ses lettres sur la mode et les femmes qui se pavanent dans leur nouvelle tenue me semble être assez explicite. 

J'ai plus apprécié ce livre du fait que des éléments réels soient ajoutés, aussi bien sur la vie de Jane Austen que sur l'Histoire. Il y est fait mention de la guerre contre la France, la difficulté de s'approvisionner en certaines marchandises par exemple. Cependant, j'ai moins aimé l'histoire en elle-même. Elle est beaucoup plus difficile à suivre. Entre les surnoms donnés à certains personnages, les titres des autres et leur possible implication dans l'affaire, je me suis vite perdue. L'intrigue est une nouvelle fois bien tournée mais l'écriture est un plus brouillon que dans le précédent.

Voir les commentaires

Rédigé par Jane Austen and her world

Publié le 21 Novembre 2016

Bridget Jones BabyHelen Fielding

Bridget Jones Baby

Editions Albin Michel

Chronologiquement, le livre se situe après L'âge de raison et avant Folle de lui. Si Helen Fielding a tout d'abord décidé qu'elle n'écrirait pas un autre livre sur Jones, elle a changé d'avis et s'est inspirée de ses chroniques rédigées dans les années 2000 pour des journaux britanniques ainsi que du film, sorti il y a quelques semaines seulement. C'est un peu difficile à suivre mais le plus important est que Bridget Jones ait de nouvelles aventures à nous raconter!

A l'aube de ses 40 ans, son horloge biologique ET la pression de la société et de son entourage, lui rappellent sans cesse qu'elle atteint l'âge limite pour procréer. Certes elle a toujours ses amis célibattants mais Bridget doit se l'avouer, elle aussi souhaite devenir maman. Lorsque son rêve devient réalité, une question l'empêche d'apprécier complètement la nouvelle: qui est le père? 

Difficile de ne pas en dire trop pour ne rien vous gâcher. J'ai passé un très bon moment. L'écriture est fluide, c'est rapide à lire et surtout, l'essentiel, on s'identifie facilement à Jones. Comme toujours, elle est un tantinet agaçante avec ses réflexions farfelues. Le sujet de la grossesse et des problèmes qu'elle rencontre, nous fendent parfois le coeur. Heureusement, l'humour et l'amour prennent le dessus pour nous offrir une jolie histoire. 

Comme vous l'aurez remarquer, il n'y a pas de référence à Jane Austen, si ce n'est que Darcy est bien présent, toujours aussi hautain et fier, même si un brin barjo dans ce troisième tome. Je souhaitais tout de même conclure cette série parce que, malgré ses défauts, Bridget on l'adore!

Voir les commentaires

Rédigé par Jane Austen and her world

Publié le 20 Novembre 2016

Stephanie Barron

Jane Austen à Scargrave Manor

Dans la préface Stephanie Barron (aka Francine Mathews qui s'est crée ce nom de pour cette série) nous raconte que l'on a découvert de nouveaux écrits de Jane Austen ainsi que des lettres. Elle propose de les retranscrire et les restaurer pour le public.

Dans ce premier épisode, qui se déroule en fin d'année 1802, Jane Austen rend visite à une amie, Isobel, récemment mariée à un comte. A la suite du bal donné en l'honneur de son épouse, Lord Scargrave meurt des suites de violents maux de ventre. Jane Austen trouve cela suspect et mène alors son enquête.

Bien évidemment ce n'est qu'une fiction. Cependant, certains éléments font bien partie de la biographie de Jane Austen même s'il y en a assez peu. La mention de certaines personnes de sa famille, comme Cassandra, permettent, selon moi, de "légitimiser" l'implication de Jane Austen dans un tel roman.

Les romans policiers ne m'attirent guère en général même si j'en ai déjà lus quelques uns. Cependant, je me suis laissée entraîner jusqu'au bout à découvrir qui pouvait être l'assassin. C'est très bien écrit et bien tourné. Je ne regrette pas d'avoir commencé cette série. C'est distrayant même s'il est difficile d'imaginer Jane Austen comme étant l'auteur de ces mots. Disons que j'ai lu ce roman comme si elle en racontait l'histoire mais pas en tant que protagoniste. 

Cette série compte au total 12 romans dont 4 non traduits en français. A très vite pour mon avis sur la suite: Jane Austen et le révérend. 

Voir les commentaires

Rédigé par Jane Austen and her world