Publié le 21 Novembre 2016

Bridget Jones BabyHelen Fielding

Bridget Jones Baby

Editions Albin Michel

Chronologiquement, le livre se situe après L'âge de raison et avant Folle de lui. Si Helen Fielding a tout d'abord décidé qu'elle n'écrirait pas un autre livre sur Jones, elle a changé d'avis et s'est inspirée de ses chroniques rédigées dans les années 2000 pour des journaux britanniques ainsi que du film, sorti il y a quelques semaines seulement. C'est un peu difficile à suivre mais le plus important est que Bridget Jones ait de nouvelles aventures à nous raconter!

A l'aube de ses 40 ans, son horloge biologique ET la pression de la société et de son entourage, lui rappellent sans cesse qu'elle atteint l'âge limite pour procréer. Certes elle a toujours ses amis célibattants mais Bridget doit se l'avouer, elle aussi souhaite devenir maman. Lorsque son rêve devient réalité, une question l'empêche d'apprécier complètement la nouvelle: qui est le père? 

Difficile de ne pas en dire trop pour ne rien vous gâcher. J'ai passé un très bon moment. L'écriture est fluide, c'est rapide à lire et surtout, l'essentiel, on s'identifie facilement à Jones. Comme toujours, elle est un tantinet agaçante avec ses réflexions farfelues. Le sujet de la grossesse et des problèmes qu'elle rencontre, nous fendent parfois le coeur. Heureusement, l'humour et l'amour prennent le dessus pour nous offrir une jolie histoire. 

Comme vous l'aurez remarquer, il n'y a pas de référence à Jane Austen, si ce n'est que Darcy est bien présent, toujours aussi hautain et fier, même si un brin barjo dans ce troisième tome. Je souhaitais tout de même conclure cette série parce que, malgré ses défauts, Bridget on l'adore!

Voir les commentaires

Rédigé par Jane Austen and her world

Publié le 20 Novembre 2016

Stephanie Barron

Jane Austen à Scargrave Manor

Dans la préface Stephanie Barron (aka Francine Mathews qui s'est crée ce nom de pour cette série) nous raconte que l'on a découvert de nouveaux écrits de Jane Austen ainsi que des lettres. Elle propose de les retranscrire et les restaurer pour le public.

Dans ce premier épisode, qui se déroule en fin d'année 1802, Jane Austen rend visite à une amie, Isobel, récemment mariée à un comte. A la suite du bal donné en l'honneur de son épouse, Lord Scargrave meurt des suites de violents maux de ventre. Jane Austen trouve cela suspect et mène alors son enquête.

Bien évidemment ce n'est qu'une fiction. Cependant, certains éléments font bien partie de la biographie de Jane Austen même s'il y en a assez peu. La mention de certaines personnes de sa famille, comme Cassandra, permettent, selon moi, de "légitimiser" l'implication de Jane Austen dans un tel roman.

Les romans policiers ne m'attirent guère en général même si j'en ai déjà lus quelques uns. Cependant, je me suis laissée entraîner jusqu'au bout à découvrir qui pouvait être l'assassin. C'est très bien écrit et bien tourné. Je ne regrette pas d'avoir commencé cette série. C'est distrayant même s'il est difficile d'imaginer Jane Austen comme étant l'auteur de ces mots. Disons que j'ai lu ce roman comme si elle en racontait l'histoire mais pas en tant que protagoniste. 

Cette série compte au total 12 romans dont 4 non traduits en français. A très vite pour mon avis sur la suite: Jane Austen et le révérend. 

Voir les commentaires

Rédigé par Jane Austen and her world

Publié le 2 Novembre 2016

Love & Friendship est l'adaptation de la nouvelle Lady Susan. Je ne comprends pas pourquoi ce titre a été choisi quand on sait que dans les Juvenilia de Jane Austen, une courte histoire porte ce titre. Cette histoire est donc celle de Lady Susan, veuve désargentée qui cherche refuge chez toute personne acceptant de la recevoir; ou plutôt qui sont contraints de la recevoir puisqu'elle ne juge pas utile d'attendre d'être acceptée. Elle cherche à marier sa fille unique à un homme sot mais riche à souhait. 

L'introduction du film présente les personnages avec leur nom et une description sommaire, parfois ironique. Sachant qu'il s'agit à l'origine d'une nouvelle épistolaire, il n'était pas évident de la transcrire en film. De ce côté là, le pari est convaincant. L'intrigue est bien suivie. Certains passages sont omis comme ils peuvent l'être dans une correspondance où l'action n'est pas immédiate. 

On comprend rapidement que Lady Susan est une femme malhonnête, manipulatrice et opportuniste. Elle a une telle éloquence qu'elle se sort de toute situation complexe. Son amie et confidente, Mrs Johnson permet de nouer les différents personnages à l'écran.  

 

 

Concernant les acteurs, le jeu de Kate Beckinsale est plus que convaincant. Sa fierté et son air hautain lui vont à merveille et caractérisent très bien Lady Susan. Elle est parfaitement détestable. Tom Bennet en Sir James Martin est le petit plus du film. Je l'ai adoré. Xavier Samuel, Mr Decourcy est élégant et joue bien son rôle. J'ai cependant trouvé la fille de lady Susan et Chloë Sevigny un peu fades.  

En somme, c'est une bonne adaptation. L'humour est bien présent grâce aux répliques de Lady Susan. La musique est agréable. Le récit de la nouvelle est bien reprise et réussie mais il m'a manqué quelque chose pour que j'apprécie vraiment cette histoire. Plusieurs visionnages me permettront de l'apprécier à sa juste valeur.

 

Je précise que cette adaptation est en version originale sous titrée français. Le dvd et bluray ont pour bonus, le making of, un entretien avec le réalisateur Whit Stillman, ainsi qu'avec un docteur en littérature britannique Sophie Demir.

    Le saviez-vous?

    • Le tournage de ce film a nécessité seulement 26 jours.
    • Le rôlé de Lady Susan devait être joué à l'origine par Sienna Miller.
    • Kate Beckinsale a déjà joué dans une adaptation de Jane Austen, Emma, BBC en 1996.
    • Whit Stillman a travaillé le scénario de Love & Friendship pendant plusieurs années avant de concrétiser son projet.

    Voir les commentaires

    Rédigé par Jane Austen and her world

    Publié dans #Les films et séries

    Publié le 18 Octobre 2016

    Pemberley, réalisée par la BBC en 2013 est une suite d'Orgueil et Préjugés. Cette mini-série est une adaptation du roman de l'auteure P.D. James, La mort s'invite à Pemberley. Elle se divise en deux épisodes d'une heure trente environ. Je tiens à préciser que ce dvd ne propose que la version originale sous titrée en français (VOST) car aucune version française n'a été réalisée. 

    Dès les premières minutes, j'ai été subjuguée par la qualité de l'image. Les décors sont splendides, les toilettes sont superbes! Tout semble parfait. Pemberley est si majestueux que j'ai presque souhaité être happée par l'écran pour me plonger dans cet univers.  Cependant tout n'est pas au beau fixe. La maisonnée se retrouve perturbée par l'arrivée de Lydia, paniquée, qui ne cesse d'implorer Wickham. La mort s'est invitée dans les bois de Pemberley. Les Darcys sont ébranlés. La réputation de la famille est en jeu. La tension monte d'un cran.

     

    L'histoire ne présente pas de longueur. On est captivé jusqu'à la fin. L'intrigue, bien mise en place, et la réalisation rendent la tension et la peur palpables. Les scènes s’enchaînent jusqu'au dénouement final qui apporte les éléments manquants. Grâce aux flashback, qui reprennent des passages d'Orgueil et Préjugés, l'histoire est plus complète. 

     

    A propos des acteurs, j'ai eu quelques difficultés à voir Anna Maxwell Martin (qui a également joué Cassandra Austen dans Becoming Jane) en Elizabeth et Matthew Rhys en Darcy. Finalement, j'apprécie le jeu d'acteur de ce dernier. Il est un très bon Mr Darcy, autoritaire et fier mais un vrai gentleman. Concernant, Lizzie j'ai encore un peu de mal. Je ne la trouve pas convaincante, ni dans sa détermination ni dans ses traits d'esprit. Quant au reste du casting, rien à redire. Tous les acteurs sont intéressants et se fondent dans leur personnage. 

    Pemberley est une belle adaptation qui en met plein les yeux, de par la splendeur des décors. C'est aussi l'occasion de retrouver les personnages d'Orgueil et Préjugés dans une histoire captivante et intrigante.

    Voir les commentaires

    Rédigé par Jane Austen and her world

    Publié dans #Les films et séries

    Publié le 24 Août 2016

    James Edward Austen-Leigh

    Mes souvenirs de Jane Austen

    Français

    Voici la toute première biographie rédigée sur Jane Austen. Outre la notice biographique de son frère Henry, son neveu James Edward Austen-Leigh a décidé de réunir ses souvenirs et de les publier pour satisfaire la curiosité des lecteurs suite à l'engouement des romans de sa tante Jane. Remercions les éditions Bartillat pour cette publication en français!

    Les premiers chapitres se basent sur la généalogie de la famille de Jane Austen ainsi que sur son époque. James Edward remonte si loin dans leur famille et nous offre de si illustres personnages que c'est un peu lourd à digérer.  Il est certes intéressant d’en savoir plus mais cette volonté d’émerveiller les lecteurs par un glorieux passé est inutile car on n’en retient presque rien.  Passé ce passage et James Edward nous dévoile des éléments plus plaisants en comparant les habitudes et autres objets de la vie quotidienne du temps de Jane Austen à sa propre époque qui, d’après lui, a subi de grands changements.

    Au tour de Jane Austen de faire son entrée. Ne vous attendez pas à une grande découverte. Il nous apprend peu de choses sur son physique. Les différents avis recueillis sont d'ailleurs assez contradictoires. On en apprend cependant plus sur sa personnalité et son caractère. C'était une femme enjouée, attachante avec les enfants. Elle aimait leur inventer des histoires et se plaisait à les distraire.

    L’élément qui m’a le plus fasciné est le chapitre supprimé de Persuasion. Jane Austen n'étant pas satisfaite de la fin de son roman, a retravaillé ce chapitre pour nous offrir celui que l'on connaît aujourd’hui. Sanditon est aussi mentionné, dernier roman inachevé de Jane Austen. Il faut savoir qu’à l'époque, ce texte n'était pas prévu d'être publié. Que James Edward propose ces éléments inédits devait être très gratifiant - et frustrant - pour les lecteurs.

    Autre fait intéressant: James Edward explique que sa tante donnait des détails sur l'avenir de ses personnages. Ils étaient donc bel et bien vivants dans son esprit et ses proches ont eu l'honneur d'en savoir plus sur Mr Darcy, Elizabeth, Mary Crawford, … qui sait?

    Cette biographie, malgré ses imperfections, est importante à mes yeux car elle a été écrite par un parent proche de Jane Austen. C’est un beau témoignage rendu à sa tante malgré des passages un peu lourds et complaisants. Il est dommage aussi que les souvenirs de Caroline et Anna, nièces de Jane Austen, n’aient pas été ajoutés dans ce livre comme dans l’édition VO.

     

    Voir les commentaires

    Rédigé par Jane Austen and her world

    Publié dans #Les biographies